Vendredi 23 juin 2023, le parcours de la flamme olympique a été annoncé, dévoilant les noms des villes qui la verront passer avant son arrivée à Paris, le 26 juillet 2024. Étampes a ainsi eu l’honneur d’être choisie comme point de départ de la trajectoire de la flamme en Essonne, le 22 juillet 2024.

« Étampes était déjà Terre de Jeux, le label destiné aux collectivités engagés dans l’aventure des Jeux. En tant que Ville-étape, notre Ville vivra au cœur de l’événement planétaire. La Flamme ne sera pas seulement de passage mais partira de notre territoire, 4 jours avant le début des Jeux Olympiques. Ce sera un moment rare, magique et fédérateur, 100 ans après les derniers Jeux Olympiques d’été en France. Tous les Étampois, les Sud-Essonniens, les amateurs de sport, de moments de grâce et de partage seront conviés et associés pour cette grande fête. », a dit le Maire Franck Marlin.

Les Jeux Olympiques : de l’ère antique à l’ère moderne

Avant de parler de flamme, il faut revenir à l’origine des Jeux Olympiques. Dans l’Antiquité, autour du VIIIème avant J.-C, des concours sportifs entre les différentes cités grecques sont créés et se déroulent tous les 4 ans dans le cadre d’une célébration religieuse en l’honneur de Zeus. Ce genre de manifestation est profondément inscrite dans l’Histoire de la Grèce et est nommée dans plusieurs mythes. Les gagnants ne recevaient pas de médailles mais une couronne d’olivier, ils étaient alors considérés comme des héros et célébrés par toute leur population. En 393-394 après J.-C, l’empereur Théodose 1er décide d’interdire les Jeux, considérés comme païens. En 1894, à la suite d’un congrès international et sous l’impulsion de l’historien Pierre de Coubertin, les Jeux Olympiques sont rétablis et ceux d’Athènes en 1896 sont les premiers dits « modernes ». Cette renaissance émane alors d’une volonté de populariser le Sport et de favoriser les échanges culturels internationaux.

Ce n’est qu’à partir de 1960 que l’instauration des Jeux Paralympiques devient officielle.

La flamme olympique : un symbole fort

La flamme est l’un des symboles forts des Jeux Olympiques et Paralympiques. Cette tradition fait en effet partie intégrante du cérémonial, mais savez-vous d’où elle tire son origine ? Dans l’Antiquité, la flamme olympique n’existait pas. Elle est apparue pour la première fois le 28 juillet 1928, lors des Jeux Olympiques d’Amsterdam. Il n’était alors pas encore question de relais de torche, cette coutume s’installant qu’à partir de 1936. La flamme est traditionnellement allumée à Olympie en Grèce, à l’aide de l’énergie solaire, avant d’être transportée jusqu’au lieu choisi pour accueillir les Jeux. Le 26 juillet 2024, elle s’embrasera ainsi à Paris.

Le saviez-vous ? La ville de Lausanne en Suisse abrite un musée olympique consacré à l’histoire des Jeux et où toutes les torches sont exposées.

Étampes, prête à se lancer dans cette aventure

C’est en ayant conscience de cet honneur et de cette Histoire que la Ville d’Étampes accueillera donc la flamme olympique le 22 juillet 2024. Cela a été possible grâce au soutien financier du Département de l’Essonne et du Comité d’Organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques. Pour célébrer cet événement mémorable, de nombreuses animations axées sur le Sport et les valeurs véhiculées par les Jeux Olympiques et Paralympiques seront organisées toute l’année dans notre commune, ainsi que le 22 juillet à l’Espace associatif Louis-Blériot et à l’Île de loisirs d’Étampes.

« Étampes vivra à cette occasion l’une des plus belles journées de sa longue histoire en accueillant ce symbole universel de la plus grande manifestation sportive au monde », annonçait Gérard Hébert, conseiller régional, président de l’Île de loisirs et adjoint au Maire d’Étampes. « Un grand merci au président du Conseil départemental, François Durovray, ainsi qu’à tout l’exécutif du Département et au Comité d’Organisation des Jeux Olympiques 2024, qui nous ont retenus pour cet événement. En tant que chargé de mission Jeux Olympiques, désigné par Valérie Pécresse pour la Région aux côtés de Patrick Karam et Yasmine Camara, l’occasion s’est présentée et nous avons aussi su la saisir avec le Maire Franck Marlin et son adjointe en charge du Sport, Elisabeth Delage. À nous d’y associer chacun, citoyens, associations sportives et culturelles, pour célébrer tous ensemble cet événement planétaire. ».

Cérémonie d’officialisation du comité d’organisation du passage de la flamme olympique à Étampes

Pour préparer cet événement dans les règles de l’art, la Ville d’Étampes prévoit d’organiser de nombreuses animations tout à long de l’année, gardant cet événement comme fil conducteur. Un comité d’organisation a ainsi été créé, rassemblant des personnalités publiques et locales et des membres actifs du tissu associatif étampois.

Dans la soirée du 22 septembre 2023, soit 10 mois avant le jour J, une cérémonie d’officialisation du comité d’organisation s’est déroulée en présence de personnalités publiques et locales, des membres du Conseil Municipal, du président de la Communauté d’Agglomération de l’Étampois Sud-Essonne Johann Mittelhausser, du capitaine du centre de secours d’Étampes Renan-Emmanuel Galliot, des représentants de l’UCPA et de l’Île de loisirs et des membres d’associations étampoises. Cette réunion avait ainsi pour but de présenter les actions du Comité, ses objectifs et d’appeler à participer à cette belle opération, que ce soit en recrutant des bénévoles ou proposer et mettre en place des animations.

Le Comité a déjà commencé diverses actions, notamment le recrutement d’une quarantaine de bénévoles lors du Forum des Associations.

Pour les personnes souhaitant se joindre à l’aventure et devenir bénévoles, n’hésitez pas à remplir le bulletin d’inscription et le retourner par mail à : comiteorganisation.etampes@mairie-etampes.fr

Ce qu’en pensent les associations :

J-200 avant le grand jour !

Interview Radio Sensations – Le passage de la flamme olympique à Étampes

Rencontre avec Daniel Rebiffé, ancien Étampois et le dernier relayeur français du flambeau olympique lors des Jeux de Londres en 1948

Né le 12 juin 1925 à Étampes, rue du Haut-Pavé, Daniel Rebiffé est un survivant des bombardements d’Étampes et un des rares qui peut encore témoigner de l’Histoire de notre commune. Toujours en forme à 98 ans, il évoque avec émotion ses souvenirs d’Étampes et son parcours sportif extraordinaire, qui l’a mené à intégrer la Garde Républicaine de Paris et à participer au relais de la flamme olympique des Jeux de Londres en 1948.

« Les Nazis avaient imposé à la Municipalité durant l’Occupation de faire faire du sport aux jeunes de 15 à 18 ans une fois par semaine au stade du Pont de Pierre. Je n’avais jamais mis les pieds sur un stade mais j’ai bien été obligé de faire du sport, comme tout le monde », explique-t-il.

Cette mesure poussa à la fusion de deux groupes sportifs qui entretenaient à l’époque une forte rivalité : l’Espérance Étampoise et Les Enfants de Guinette. Ce rassemblement donna ainsi naissance à l’Olympique d’Étampes, dont Daniel Rebiffé fut l’un des instigateurs avec notamment René-Jouanny, puis au C.O.M.E (Club Olympique Municipal d’Étampes). Cet organisme permit une forte tendance sportive dans l’ancienne Cité Royale, de nombreuses disciplines y étant représentées (athlétisme, natation, basketball, etc.).

« S’il n’y avait pas eu cette fusion, l’Olympique d’Étampes ne serait pas né et n’aurait pas permis une synergie qui a rassemblé tout le monde, pour le plus grand bien. Nous avons fait un vrai club qui a reçu des titres régionaux dans plusieurs disciplines. Tout cela grâce à cette union, hélas due à des événements étrangers que nous ne pouvons que déplorer. J’ai donc fait du basket, du culturisme… Puis un jour, une course fut organisée. Ça m’a plu, j’ai pris le départ et j’ai fini 2ème  derrière le leader local. Nous avons ensuite créé une équipe de Cross-Country et nous avons participé à de nombreux championnats inter-régionaux. »

En parallèle, Daniel Rebiffé a également pris part à l’entraînement de l’équipe féminine de basket de la commune, et a aussi joué un rôle dans la troupe de Jazz Symphonique Pol Roger entre 1943 et 1945.

« Un jour, nous avons rencontré en match par équipe la Garde Républicaine de Paris, j’ai donc eu la chance de rencontrer leurs meilleurs coureurs et je les ai battus. L’entraîneur est ainsi venu me trouver et m’a proposé d’intégrer la Garde Républicaine. J’avais 19 ans à l’époque. J’ai accepté et j’y ai passé quelques années. J’ai ensuite été remarqué avec quelques-uns de mes co-équipiers pour porter le flambeau olympique, de Genève au Luxembourg. »

Du 25 au 27 juillet 1948, le cortège de 25 coureurs s’est relayé pour porter la flamme olympique, escorté de 2 motards à l’avant et à l’arrière, de deux autocars, ainsi qu’un représentant du comité olympique anglais.

« Tous les 3 – 4 km, nous nous relayions pour transporter ce flambeau. Nous avons traversé tout un tas de régions où nous étions magnifiquement reçus. Lorsque nous arrivions dans une ville, c’était généralement les sportifs locaux qui portaient la flamme durant le parcours et nous récupérions le flambeau à la sortie des communes. Pendant 3 jours et 3 nuits, chacun d’entre nous a couru entre 50 et 60 km, dans des conditions très difficiles puisque, la Fédération n’ayant pas assez d’argent, nous n’avions reçu aucun matériel. Puis, lorsque nous avons remis la flamme aux luxembourgeois, nous sommes chacun repartis avec l’un des flambeaux offerts par le comité anglais ».

Daniel Rebiffé est à ce jour le seul survivant de cette équipe française de 25 relayeurs et garde précieusement ce flambeau olympique. Toujours prêt à faire vivre la mémoire de ses anciens collègues et à transmettre son histoire, il est intervenu à plusieurs reprises auprès de la jeune génération pour perpétuer le Devoir de Mémoire et promouvoir le sport.

« Lorsqu’on m’a demandé ce que je pouvais conseiller aux jeunes, j’ai répondu : faire du sport, quel qu’il soit, sans penser à l’argent. Si l’argent vient après, tant mieux, mais faire du sport avant tout pour se sublimer, pour avoir un but. C’est extraordinaire. Ça fait du bien ».

C’est avec un immense plaisir que Daniel Rebiffé a appris le passage de la flamme olympique à Étampes, le 22 juillet 2024.

« Quand j’ai vu ça, je me suis dit : est-ce que je vais avoir la chance de vivre jusque-là ? Et j’ai aussi pensé quel bonheur cela serait de pouvoir réunir, ne serait-ce que quelques instants, la flamme de 2024 et celle de 1948. Que des sportifs de plus de 80 ans d’écart soient rassemblés lors d’un moment symbolique. Jusqu’à présent, tous mes efforts pour essayer de convaincre les organismes officiels, les journaux et les chaines de télévision ont été vains. Personne ne m’a répondu. Il a fallu que quelques personnes aimables se souviennent de moi pour pouvoir en parler. Je ne demande pas à porter la flamme mais j’aurais tellement aimé que les deux flambeaux soient réunis un moment, en particulier dans ma ville natale à Étampes », conclut-il, prêt à venir le 22 juillet prochain.