50 000 bulbes de la 20e opération des Tulipes de l’Espoir du Rotary Club ont été plantés ce jeudi 27 octobre 2022.

Une année anniversaire pour le Rotary Club d’Etampes qui a initié cette opération pour venir en aide à des associations caritatives et humanitaires locales mais aussi créer la Halte-Répit Alzheimer 4L l’Escale, Espace Suzanne Vayne, place du Port.

La cargaison de tulipes est arrivée vers 9 h 30. Au pied du camion, Sonia Guiraud, chargée de la commande était présente pour réceptionner la livraison et vérifier la qualité des bulbes. « J’ai négocié directement avec un producteur en Hollande », déclare-t-elle l’Etampoise qui parle couramment le néerlandais.

Après avoir déchargé les cagettes, les bénévoles ont versé les bulbes dans le plantoir. « Nous l’avons changé. Il n’est pas du même diamètre que l’an passé. Il faut en effet éviter de replanter les bulbes au même endroit que l’année précédente pour leur éviter de contracter des maladies », précise Francis Peschoux, ancien horticulteur du quartier Saint-Michel à la retraite.

Au volant du tracteur, Albert Hautefeuille, un vaillant agriculteur octogénaire du hameau de Ville Sauvage et bénévole de la première heure « des Tulipes » commence à faire vrombir le moteur du tracteur.

Et c’est parti. Deux personnes à genoux sur le plantoir, glisse les bulbes dans quatre tubes en essayant de cadencer leurs gestes en même temps.

Ce n’est pas une mince affaire, mais après quelques minutes de rodage, la gestuelle se précise.

Romuald Pailloux, agriculteur et président du Rotary Club d’Etampes depuis juin dernier, accompagne l’opération de plantation avec soin.

« C’est le 20e anniversaire des Tulipes de l’Espoir, il ne s’agit pas de rater cette édition », déclare-t-il. « J’ai un peu la pression sur les épaules », ajoute-t-il sans pour autant avoir de grande inquiétude.

Il y a en effet toute une équipe, très impliquée, à ses côtés, notamment Michel Batard, initiateur de l’opération en 2003 et toujours présent pour donner un coup de main.

Cette année sur les conseils de Francis Peschoux, 5000 bulbes vont être plantés dans des cagettes contenant du terreau.

« C’est une nouveauté. Nous espérons ainsi compenser les 4-5 % de pertes que nous avons chaque année à cause des animaux », précise-t-il. Les corbeaux déterrent parfois les bulbes, les lapins ou les chevreuils mangent les premières pousses au printemps. Les bénévoles croisent aussi les doigts pour que la météo ne vienne pas contrarier la pousse des fleurs. Rappelons qu’en 2021 un gros épisode de grêle avait détruit près de 50 % de la production.

En début d’après-midi, la plantation, l’une des plus grosses étapes du travail, était fin terminée.

Au printemps, les bénévoles auront un autre gros boulot. Celui de couper et confectionner les bouquets de tulipes pour leur mise en vente sur les marchés d’Etampes et de ses environs ou bien encore chez les commerçants où à l’entrée des grands centres commerciaux des environs.