Puisque le Salon Artistique d’Étampes se tient jusqu’au 10 octobre à la salle des fêtes, le Conseil municipal s’est exceptionnellement réuni à l’Espace Jean-Carmet mercredi 6 octobre. 15 points ainsi qu’un point d’information composaient l’ordre du jour.

Renouvellement Urbain de Guinette : autorisation de signature actée pour la convention

Il s’agit d’une étape déterminante dans un des principaux dossiers de la Ville qui fixe le socle du Projet de Renouvellement Urbain du Quartier de Guinette. Le Conseil municipal a autorisé le Maire à signer la convention pluriannuelle. Un document qui précise tous les principes du projet de l’ANRU : la démolition et la réhabilitation de logements, la création de nouvelles voiries, les différents engagements de la Ville, le montant des subventions des partenaires… Le document fera l’objet d’une instruction par les services de l’État durant les 2 prochains mois avant de pouvoir signer le document et d’entrer dans le vif du sujet de l’opération dès fin 2021/début 2022.

 

École Louise-Michel : la gratuité de la cantine prolongée

Fin décembre 2020, les écoles maternelles Louise-Michel et Jean-de-La-Fontaine subissaient un incendie. Des évènements qui ont conduit à un changement d’organisation dans les établissements, notamment pour les cantines scolaires. Le 31 mars 2021, le Conseil municipal avait ainsi voté une délibération pour rendre gratuit le service de restauration scolaire pour les enfants des 2 écoles jusqu’à la fin de l’année scolaire. À la rentrée de septembre, les élèves de la maternelle Jean-de-La-Fontaine ont pu retrouver leur école. Ce qui n’est pas le cas des élèves de la maternelle Louise-Michel. C’est pourquoi le Conseil municipal a prolongé le dispositif de gratuité du service de restauration scolaire pour tous les enfants de la maternelle Louise-Michel pour l’année 2021-2022.

 

Subventions complémentaires pour les associations

Des subventions exceptionnelles ont été versées au bénéfice d’associations locales pour

un montant global de 24 168,86 €.

 

FPIC : un mode de répartition acté

Le fonds national de péréquation des ressources intercommunales et communales

(FPIC) est un mécanisme de redistribution d’une partie des ressources fiscales entre collectivités du bloc communal. En somme, les communes considérées comme « favorisées » doivent reversés à celles considérées comme « défavorisées ». Pour 2021, la CAESE a opté pour une prise en charge de 50 % du coût de l’accroissement portant le montant de la participation pour la Ville à 188 724 €. Soit une hausse de 228 € par rapport à 2020. Le Conseil municipal a adopté la répartition du FPIC 2021 pour la commune et s’est engagé à prendre en charge cette part

communale estimée à 188 724 €.

 

Adhésion à la Légumerie essonnienne

La Ville a mis un sérieux coup d’accélérateur ces derniers mois pour faire évoluer la cuisine municipale. Cet été, un espace dédié aux légumes a ainsi été aménagé par la commune qui a également investi dans de nouvelles machines afin de répondre au challenge fixé par le Maire : alimenter les restaurants scolaires en légumes locaux. Un partenariat est d’ailleurs en cours de développement avec des producteurs in situ. Dans cette même logique, le Département de l’Essonne et un certain nombre de communes à l’instar d’Étampes ont souhaité procéder à la création d’une légumerie départementale, ayant pour mission de transformer et conditionner des légumes et des fruits issus d’exploitations agricoles en circuits courts. Les collectivités ont décidé de créer un Syndicat Mixte Ouvert (SMO) auquel la Ville avait souhaité adhérer en mars dernier. Les statuts de la SMO ont ainsi été approuvés tandis que des délégués seront désignés ultérieurement, lorsque l’arrêté préfectoral sera publié.

 

Un 2e poste adulte-relais approuvé

Le dispositif national d’adulte-relais permet de confier des missions de médiation dans les quartiers prioritaires à des personnes âgées d’au moins 26 ans, résidant en territoire prioritaire et sans emploi. La Ville d’Étampes entend inscrire ce dispositif dans sa stratégie d’actions pour renforcer l’accompagnement de proximité auprès des habitants et partenaires locaux. Le 16 décembre 2020, le Conseil municipal avait approuvé la création d’un premier poste à temps complet de médiateur familles.

Par courrier du 2 avril 2021, le Préfet a émis un avis favorable au recrutement d’un adulte-relais supplémentaire pour un poste de médiateur jeunesse. Le Conseil municipal a également approuvé la création de ce poste. Le médiateur jeunesse sera appelé à intervenir sur les quartiers de Guinette et de la Croix-de-Vernailles pour œuvrer avec l’ensemble des partenaires et des centres sociaux afin d’amener les habitants à des prises d’initiatives, pour les accompagner dans des projets.

 

Vente du bâtiment des Services techniques rue Reverseleux

Sous la précédente mandature, le Maire s’était engagé à vendre le bâtiment des services techniques de la rue Reverseleux. Dans le cadre de cette procédure, la loi impose une désaffectation de cette parcelle communale au profit du domaine privé. Le Conseil municipal a donc procédé au déclassement/désaffectation du bien qui prendra effet au plus tard le 31 décembre. La vente a également été approuvée. Une opération qui conditionne aussi dans un avenir très proche le départ de la direction de l’aménagement

à la Cité administrative et celui des services techniques vers le SIREDOM (17, rue de la

Butte-Cordière).

 

De nouveaux lieux de culture en Centre-Ville

Lors du Conseil municipal du 30 juin dernier, la Ville a délégué son droit de préemption à la Communauté d’Agglomération de l’Étampois Sud-Essonne (CAESE) pour le bâtiment situé au 114, rue Saint-Jacques (l’ancien Buffalo Grill). Un point d’information a précisé le projet imaginé par la collectivité intercommunale. Dans le cadre du programme Action Cœur de Ville, la CAESE a en effet l’intention de faire l’acquisition des locaux afin de réaliser 3 aménagements : l’installation de l’École d’arts plastiques intercommunale ; l’ouverture d’un espace culturel avec une salle d’exposition et les réserves visibles du musée ; la création du futur Centre d’Interprétation de l’Architecture du Patrimoine dans le cadre du label Pays d’Art et d’Histoire.