Le combat ne fait que commencer. Venir à bout du projet de création d’installation de stockage de déchets inertes (ISDI) de Bouygues Travaux Publics sur le territoire de la commune de Saint-Hilaire nécessitera une forte mobilisation de tous à l’instar du courrier rédigé par les élus des 4 communes principalement concernées (cf. encadré). Car comme le rappelle l’Association Défense Santé Environnement (ADSE) dans une vidéo postée sur sa page Facebook, les enjeux et conséquences seraient désastreux pour l’environnement local. « Une opération à finalité financière exclusivement au détriment de tout l’équilibre d’une vallée », rappelle Claude Jaillet, vice-président de l’association.

Appel aux spécialistes et aux bonnes volontés

D’autant plus après les nouvelles révélations diffusées sur France 2 le 25 mars. L’émission Complément d’Enquête a révélé que les déblais en provenance du Grand Paris et déchargés près de Rouen, n’étaient pas “inertes“ contrairement à la présentation qui en avait été faite. Ces terres ont en effet été jugées sulfateuses voire très sulfateuses puisque le taux est neuf fois au-dessus de la norme sanitaire en vigueur. « Nous le savons, des compétences en matière de droit de l’environnement, d’écologie, de géologie, d’hydrogéologie, de géotechnique, d’agronomie… seront nécessaires pour élaborer nos dossiers afin d’assurer notre défense, que nous devrons déposer au moment de la consultation publique sur le projet. Aussi dès maintenant, nous recherchons des spécialistes dans ces différents domaines, mais aussi des bonnes volontés pour alerter les habitants, distribuer les tracts et faire signer la pétition… travailler sur le dossier dès que nous pourrons en avoir connaissance. Personne publique, association, entreprise… Tous les soutiens sont les bienvenus sur notre adresse adse.saintescobille@gmail.com et seront affichés sur notre site Internet », précise Marie-Josèphe Mazure, présidente de l’ADSE. Initialement prévue le 10 avril, l’ADSE organise une manifestation dimanche 2 mai à proximité du site (si la situation sanitaire le permet et sous couvert d’autorisation préfectorale). « Des informations plus précises seront données sur notre site www.adse-saintescobille.com ou notre page Facebook ADSE », conclut Marie-Josèphe Mazure.

adse.saintescobille@gmail.com