« C’était un homme exceptionnel », déclare Julien Rameau, membre et ancien président du Lions Club d’Étampes. L’association philanthropique locale avait soutenu, Mamadou Diao, un Étampois d’origine sénégalaise, dans un de ses grands projets : la création d’un dispensaire dans son village natal à Thiarra, situé au Sénégal oriental.
 
« C’est Rodolphe Gibert (NDLR : Directeur artistique de l’Orchestre de Chambre d’Étampes) qui nous avait parlé de son beau projet humanitaire. Mamadou Diao était un homme simple, gentil, passionné, d’une volonté extraordinaire et d’une grande probité. Il nous envoyait les photos, les factures de tous les matériaux pour que l’on puisse suivre dans les détails l’avancée des travaux du dispensaire. Une fois les travaux terminés, une délégation du Lions Club s’était rendue sur place avec un conteneur de matériel médical collecté grâce aux dons de différents hôpitaux d’Étampes et de la Région », se souvient Julien Rameau.
 
« Quelques années après, le Lions club l’avait soutenu aussi pour aménager un puit dans la perspective de créer à proximité un potager », ajoute-t-il.
L’association Thiarra a vu le jour en 2005. À travers elle, Mamadou Diao s’est démené toute sa vie pour améliorer le quotidien des villageois de Thiarra. Un village isolé, sans moyen de transport. Son isolement est tel, que ses habitants sont contraints de faire 70 km pour avoir accès à des soins médicaux. En cas d’urgence, la situation peut tourner rapidement au drame. C’est ainsi, qu’en 2003, alors qu’il rendait visite à sa famille, Mamadou Diao vit sa sœur perdre la vie dans la charrette qui la menait à l’hôpital alors qu’elle allait accoucher. Profondément choqué, il décida dès lors de créer une association de solidarité et de créer ce dispensaire. La création du dispensaire, financé majoritairement par le Lions Club, était une structure vitale pour les 400 habitants de Thiarra.
Mamadou Diao avait ensuite fait le nécessaire pour créer une pharmacie. Il organisait régulièrement des animations à Étampes pour l’achat de médicaments. Les pharmacies étampoises le connaissaient également bien et à plusieurs reprises avaient fait des dons pour l’aider.
Mamadou Diao ne manquait pas de témoigner à tous ces mécènes, notamment la Ville d’Étampes, le Département et la Région sa plus grande reconnaissance.
« Mamadou Diao était vraiment un grand monsieur », déclare Mamadou Nguette, un de ses amis. « Il savait fédérer les gens. Il a fait de grandes choses pour son village. Il y a eu le dispensaire, la pharmacie, l’aménagement d’une école, les forages d’eau, le potager, mais aussi des formations et des ateliers de sensibilisation pour l’émancipation des femmes », ajoute-t-il.
 
Mamadou Diao est décédé le 20 octobre dans sa 67e année. Le Maire Franck Marlin et la Ville d’Étampes adressent leurs sincères condoléances à son épouse, ses enfants ainsi qu’à sa famille.