Lors de la Seconde Guerre Mondiale, le Red Ball Express désignait l’important convoyage routier organisé par les Forces Alliées après la bataille de Normandie, afin de relier les plages du débarquement et la ligne de front. Cette opération avait pour but de pourvoir aux besoins des armées en mouvement et joua un grand rôle dans la victoire des Alliés. Le convoi, constitué d’environ 7000 véhicules militaires, roulait en continu et l’itinéraire était balisé entre Cherbourg et Chartres. La Ville d’Étampes a été témoin du passage de ce convoi à l’époque, car elle se trouvait justement sur la route du retour.

   

Pour rendre hommage à ces géants de fer, l’association belge B.M.V.T (Belgian Military Vehicle Trust) a organisé une déambulation de véhicules militaires, du 17 au 23 juillet. Ce projet, réfléchi depuis une dizaine d’années, puis reporté à cause de la crise sanitaire, a enfin pu voir le jour cette année. Une centaine d’engins de transport sont partis de Saint-Lô en Normandie et parcourent maintenant les routes, passant par les communes de Marigny-le-Lozon, Argentan, Courville-sur-Eure, Étampes, Saint-Fargeau-Ponthierry, Margival et Hirson.

   

Dans la journée du 20 juillet, le convoi a fait une halte à Étampes. Environ 250 participants, dont certains venus de Belgique et d’Hollande, ont garé leurs véhicules sur le parking du Leclerc, qui a mis à leur disposition des en-cas pour le midi. La mairie d’Étampes leur a aussi offert des collations. Les élus municipaux, Marie-Claude Girardeau, Elisabeth Delage, Gilbert Dallérac et Françoise Pybot ont aussi assisté à l’événement, qui a aussi pu s’organiser grâce à Éric et Francine Angeli, habitants d’Étampes, qui ont échangé avec l’association belge dans le but de coordonner cette halte. « Nous essayons vraiment de revivre cette expérience. Nous roulons avec des véhicules d’époque, nous dormons dans les camions et les tentes, nous utilisons des outils d’époque, nous faisons des activités d’époque, les cuisiniers préparent même la nourriture avec du matériel d’époque », explique monsieur Angeli. Cet événement a bien impressionné le public étampois, curieux de découvrir une part du passé.