Les impressionnantes moissonneuses sont de sortie dans les champs pour récolter les différentes productions. Et comme on pouvait s’y attendre, la météo déplorable de ces dernières semaines a eu un impact important, comme le confirme Romuald Pailloux : « En raison de la sécheresse l’année dernière, je n’avais pas semé de colza. J’ai donc commencé à faucher les petits pois d’hiver cette semaine. Pour l’instant, je récolte 4 tonnes pour un hectare, ce qui est un rendement plutôt moyen aussi bien qualitativement que quantitativement. L’excès d’eau ces derniers jours n’a pas arrangé les choses. Il y aussi une partie des terres qui a été endommagée par la grêle. Pour l’instant, le bilan n’est pas encore très positif. Mais ce n’est que le début. Je suis plus optimiste pour le blé qui devrait être meilleur. En espérant qu’il n’y ait pas trop d’eau dans les jours à venir. »

Même son de cloche pour Jean-Marc et Quentin Morchoisne, exploitants père et fils notamment aux lieux-dits l’Humery et Longuetoise entre Étampes et Chalô-Saint-Mars : « On a démarré timidement dimanche dernier, avec une variété de colza précoce et un rendement moyen. Nous avons été assez durement touchés par la grêle pour les pois et par la gelée pour le colza. C’est compliqué. Certaines cultures sont couchées, les pois sont vraiment compliqués à récolter. La terre est tellement humide que la machine s’enfonce. Cela crée même fréquemment des bouchons qui obligent à arrêter le moteur et désengorger la moissonneuse. Le rendement n’est pas catastrophique mais pas exceptionnel pour autant. On s’attend à un blé ou à de l’orge de printemps plus que corrects en rendement, en espérant que la qualité soit là. »

Au hameau du Chesnay, Michel Preux n’en est qu’aux prémices : « Nous venons à peine de commencer, assez tardivement cette année en raison des conditions climatiques. C’est un peu particulier puisque nous avons subi de plein fouet la grêle sur notre exploitation, puis beaucoup de pluie comme tout le monde.  Depuis 3 jours, nous avons uniquement récolté les pois protéagineux. Mais il est encore trop tôt pour tirer toutes les conclusions de cette moisson 2021. » Affaire à suivre donc. Et bon courage à tous les agriculteurs dans cette période de travail intense.