Communiqué de presse :

la Ville d’Étampes demande à la CAESE de renoncer à la fermeture des piscines intercommunales

Tout comme les associations, les enseignants et les simples particuliers, la Ville d’Étampes a découvert par un communiqué de presse diffusé tard à la veille du week-end, en l’occurrence le vendredi 30 septembre 2022 en fin de soirée, la décision du Président de la Communauté d’Agglomération de l’Étampois Sud-Essonne, de fermer les piscines intercommunales à partir du 7 octobre.

Si la Ville d’Étampes ne méconnaît pas les fortes tensions que la hausse du coût des fluides et de l’énergie fait peser sur les finances des collectivités, elle dénonce avec fermeté ce choix du Président de la CAESE, qui témoigne d’une grave méconnaissance des besoins et réalités, tant des communes que des usagers.

Décider de façon aussi brutale d’interdire l’accès à des équipements indispensables et largement utilisés constitue une preuve regrettable de politique « hors-sol » envers les Étampois et plus largement un refus de service public pour les habitants du territoire.

Loin d’être anecdotiques, les piscines intercommunales jouent un rôle qui va bien au-delà des loisirs : elles participent de la sécurité des populations, notamment à travers l’apprentissage de la natation.

En exclure les associations, les élèves des écoles, les parents, les bébés nageurs, et nos aînés, représente une faute dont les conséquences ne manqueront pas d’être lourdes.

Alors même que la Semaine Bleue vient de commencer, il s’agit d’un coup bas incompréhensible porté à tous ceux qui pratiquent l’aquagym – dont les vertus thérapeutiques ne sont plus à démontrer – en ayant planifié leurs séances à la piscine et pris un abonnement à cet effet.

Alors que la rentrée scolaire date à peine d’un mois, il s’agit d’une atteinte à l’organisation des cours, au planning des enseignants, et aux besoins des élèves en élémentaire, collège et lycée. Que feront les élèves de terminale qui ont choisi, à bon droit, l’épreuve de natation facultative qui rapporte de précieux points au baccalauréat, en plus de favoriser leur épanouissement personnel ?

Alors que le territoire de l’Étampois a été dramatiquement endeuillé ces dernières années par des cas de noyade qui ont particulièrement touché les plus jeunes, comment accepter qu’un trait soit tiré sur la prévention et l’apprentissage de l’eau, pour lesquels l’accès aux équipements nautiques est indispensable ?

Qui plus est, s’il invoque dans son communiqué de presse la nécessité de faire des économies, le Président de la CAESE oublie de mentionner l’essentiel : c’est la Ville d’Étampes qui, par le biais de sa contribution au budget de l’Agglomération, sous forme de compensation au titre des charges transférées, prend très largement en charge le coût de la piscine intercommunale d’Étampes, et son déficit.

Ainsi, en fermant cette piscine au public, le Président de la CAESE en interdit l’accès à ceux-là mêmes qui, par leurs impôts et taxes, en ont assuré la subsistance jusqu’à ce jour, et continueront à en payer le prix au-delà du 7 octobre prochain !

Que la Communauté d’agglomération soit à la recherche de pistes d’économie peut se comprendre dans le contexte actuel, et c’est bien volontiers que nous contribuerons à des pistes de réflexion.

Avec un coût du papier qui s’est envolé, peut-être serait-il bon que le Président de la CAESE revoie à la baisse sa communication par supports papier et envisage de réduire le nombre de manifestations communautaires, y compris à usage interne, comme la cérémonie des vœux aux agents de l’Agglomération.

Parmi les suggestions qui méritent d’être énoncées figure aussi l’abandon souhaitable du projet très coûteux, annoncé depuis quatre ans, et supporté par les contribuables de l’Étampois, d’une médiathèque à Angerville, d’autant plus que trois belles médiathèques existent déjà à moins de 15 mn (à savoir Diane-de-Poitiers à Étampes, mais aussi les équipements récemment rénovés de Pithiviers et Janville-en-Beauce).

Enfin, il importe de préciser où se situent les responsabilités de chacun : depuis samedi, en effet, les communes qui ont une piscine sur leur territoire sont assaillies de messages d’incompréhension et de colère des usagers, qui souvent ne savent pas que ces équipements relèvent de l’Agglomération.

Par conséquent, la Ville d’Étampes demande au Président de la CAESE d’entendre la voix de la raison et de revenir sur sa décision de fermer les piscines communautaires.