Exposition / tout public

Du 10 juin au 11 juillet 2022

Contact : La cité culturelle Barthélemy Durand dans l'enceinte du site d'hospitalisation d'Etampes

Le projet

« En-Corps-Vivants »En-corps-vivants est l’un des projets phares de cette année 2021-2022. Il est le fruit de l’appel à projet mené conjointement par la DRAC et l’ARS d’Ile-de-France dans le cadre du dispositif « Culture et santé ». Ce projet mutualise deux disciplines artistiques ; la danse afro-contemporaine et la photographie, au sein de deux unités de vie : La Maison Valentine de Bouray-sur-Juine et la Maison d’Accueil Spécialisée Le Ponant d’Etampes (structure rattachée à l’EPS Barthélemy Durand). La danse est assurée par la Cie Baninga, dirigée par le chorégraphe et danseur Delavallet Bidiefono. La photographie, quant à elle, est assurée par la photographe Prisca Monnier Munkeni. L’objectif est de proposer un espace d’expression corporelle avec une esthétique afro contemporaine par le biais de la danse et de la photographie, en fédérant l’ensemble des communautés de la MAS Le Ponant et de La Maison Valentine autour d’un projet commun. La création de ce parcours artistique itinérant permet d’inviter à la danse et à la photographie le personnel soignant et chacun des résidents en dépassant leurs contraintes physiques et/ou psychiques. Enfin, il s’agit de proposer aux artistes invités une expérience culturelle enrichissante inédite à travers la rencontre des deux structures de vie spécialisées.

Prisca Munkeni Monnier

Prisca Munkeni Monnier, alias LaFurie, est une artiste photographe, femme de lettres et réalisatrice française. Née à Bruxelles et grandissant à Kinshasa, c’est en Afrique du Sud, où elle vécu 10 ans, qu’elle commence sa carrière de photographe, quittant le monde du web pour s’adonner pleinement à l’Art en utilisant tous les supports possibles. Sa première exposition en Afrique du Sud la propulse en France, puis à l’international. Décrite comme une artiste multidiscipliaire, Prisca Munkeni Monnier aime allier le texte, l’objet et la matière à la photographie pour nourrir une narration qui lui est propre.

L’artiste Furie Photographe

Sublimant les corps, LaFurie tente de retranscrire les affects enfouis auplus profond des êtres pour raconter des instants de vie intime. L’artiste explique que le terreau de son art demeure dans la mémoire fragilisée de sa culture congolaise, et dont la survie ne repose que sur une poignée de personnes. Ainsi, la notion de « l’identité » est omniprésente dans son art. L’identité passe par l’immuabilité des traditions et des cultures.

« Au fil du temps, objets, lieux ou personnages à travers lesquels se forgent notre identité se dissipent, se muant en souvenirs aux formes diaphanes. Le poids de leur sens, les frustrations ou les fertés engendrées s’enterrent lentement dans nos quotidiens, aux portes de l’oubli. Et la mémoire, engoncée dans ce quotidien perd le fl : pourquoi on pleure, pourquoi on aime, pourquoi on vit…? Mes photos veulent prolonger ces instants, mémoriser en une scène le récit de ces conteurs, retoucher leurs univers pour leur rendre toute leur altérité. Un combat contre le temps, l’espace, et tous leurs éléments. Un dernier hommage avant le déluge des ans.» – LaFurie

La rencontre

Un travail tridimensionnel
En novembre 2021, Prisca Munkeni Monnier foule pour la première fois le sol de l’EPS Barthélemy Durand. Ce type de résidence, en immersion dans un hôpital psychiatrique, est une première pour elle. Accueillie à La cité culturelle, elle doit rapidement trouver une place saine, à mi-chemin entre elle-même, le personnel et les résidents.. Son travail d’artiste est ainsi décuplé : mêlant ses émotions personnelles aux forces propres à chaque résident qu’elle a pu rencontrer, Prisca cherche à photographier l’âme, l’intime, parfois cachés sous la maladie ou le handicap.

Rapidement, c’est face à elle-même que Prisca est mise à nu ; cette aventure, aussi professionnelle soit-elle, lui ouvre les portes d’une nouvelle voie artistique à explorer.

Inauguration de l’exposition le vendredi 10 juin À 14 h.

Info pratique : à La cité culturelle Barthélemy Durand dans l’enceinte du site d’hospitalisation d’Etampes, Avenue du 8 mai 1945, 91150 Etampes.

Livret de l’exposition : « En-Corps-Vivants »