Ce jeudi 20 octobre, à l’occasion du 20e anniversaire de l’Escadrille Aéro Sanitaire 6-560, une plaque commémorative a été inaugurée en l’honneur de son ancêtre la Section d’aviation sanitaire 22/110, créée le 2 septembre 1949, à l’aérodrome d’Etampes Mondésir.

L’inauguration a été suivie par un dépôt de gerbe effectué par Sylvain Goyet, Commandant en second de l’Escadrille Aéro Sanitaire 6-560 d’Etampes, Gilbert Dallérac, adjoint au Maire notamment en charge de la Mémoire et de Daniel Ciret, Maire de Guillerval.

De chaque côté de la stèle du souvenir se trouvaient des porte-drapeaux d’Etampes.

7 élèves infirmiers convoyeurs, de la promotion 2021/2022, ont reçu à l’issue de la cérémonie leur brevet de spécialité et le caducée des infirmiers de l’EAS 6-560 sur lequel est représenté un bâton d’olivier, signe de vie, autour duquel est enroulé le serpent d’Asclépios, symbole du dieu grec de la médecine, une couronne de laurier et d’olivier, deux ailes représentant l’aviation et un globe terrestre, car les infirmiers convoyeurs interviennent dans le monde entier.

Lors de cette cérémonie anniversaire, le Commandant Goyet a rendu un vibrant hommage à la Section d’aviation sanitaire 22/110.

« Créée en 1934, l’armée de l’air doit rapidement se développer et s’organiser. Dès 1939, les exigences de ce qui deviendra la Seconde Guerre mondiale l’amène à se mettre en ordre de bataille. La gestion des flux de rapatriements des soldats blessés au front devient un enjeu crucial pour l’armée française. C’est pour permettre le transport de ses blessés lors des grandes élongations qu’est créée, le 2 septembre 1949, la section sanitaire 22-110, rattachée au 110e bataillon. Elle est implantée ici, sur la Base aérienne 110, d’Etampes.

Au gré de l’évolution du conflit, la section d’aviation sanitaire 22-110 sera déplacée pour assurer la continuité de son activité.

Elle passera notamment par Nantes, Beauvais, Orléans, Niort ou encore Agen pour finalement s’installer à Auch en juin 1940.

Alors rattachée à la compagnie de l’air 28/103, elle sera dissoute le 11 juillet 1940 après avoir effectué plus de 740 heures de vols sanitaires à bord des avions Bloch M-81 et Farman F-192 », a-t-il rappelé.

« Le transport sanitaire ne s’éteint pas pour autant avec la section. Des infirmières issues des corps des Pilotes secouristes de l’air, du Service de la santé de l’air ou de la Croix-Rouge Française sont désignées comme convoyeuses et prennent place à bord des aéronefs de l’armée de l’air. Elles obtiendront le statut de militaire avant la fin de la guerre pour devenir les Convoyeuses de l’air.

Elles traverseront tous les grands conflits et catastrophes naturelles ou humanitaires de la fin du 20e siècles au sein des équipages de l’armée de l’air. Suite à la dissolution des Convoyeuses de l’air, l’Escadrille Aéro Sanitaire 6-560 voit le jour le 1er septembre 2002.

L’EAS hérite des traditions de la Section Sanitaire créée 63 ans plus tôt presque jour pour jour (…) Et c’est tout naturellement que l’EAS adopte comme nom de baptême, le nom de la ville qui a vu naître la Section de l’aviation Sanitaire : Etampes », a souligné le Commandant Sylvain Goyet.

« L’EAS est héritière du glorieux passé des pilotes et mécaniciens qui ont contribué à construire les bases de l’aviation sanitaire au sein de l’armée de l’air et aussi des Convoyeuses de l’air qui ont œuvré par la suite au service des blessés.

Les infirmiers convoyeurs de l’armée de l’air dont 7 reçoivent aujourd’hui leur brevet de spécialité, poursuivent les missions partout dans le monde. Ils véhiculent encore aujourd’hui les valeurs d’humanité, d’engagement et de dévouement qui les caractérisent.

En ce lieu si important dans l’histoire de l’aviation française, d’abord théâtre des exploits et des records d’aviateurs émérites tels que Louis Blériot et Henri Farman, puis centre de formation de milliers de pilotes au cours de la 1ère guerre mondiale et témoin des premières représentations aériennes de la Patrouille d’Etampes qui est actuellement la Patrouille de France, rendons un hommage solennel et souvenons-nous avec émotion et respect de celles et ceux Convoyeuses et membres d’équipage qui ont donné leur vie pour l’accomplissement de la mission au service des blessés de guerre.

Indissociable du transport aérien militaire comme au premier jour, l’EAS 6-560 Etampes contribue chaque jour à écrire l’Histoire et faire la fierté de l’armée de l’air et de l’espace et du service de santé des armées », a-t-il ajouté avant de fermer le banc et de procéder à l’inauguration de la plaque du souvenir.

Gilbert Dallérac, représentant le Maire Franck Marlin s’est fait fort de féliciter tous les infirmiers décorés et jeunes recrues au sein de l’EAS 6-560 Etampes en soulignant l’importance de mettre en lumière tous ces soignants bien trop souvent « travailleurs de l’ombre ».