Ce Jeudi 16 juin, tôt dans la matinée,  325 élèves du groupe scolaire Jean-de-la-Fontaine en partenariat avec l ‘USEP Les Lièvres de La Fontaine ont participé à l’opération Essonne propre-Essonne verte organisée par le Conseil départemental de l’Essonne.

« Cela fait 14 ans que nous y participons », déclare Alicia Vantourout, directrice de l’école élémentaire. Tous les élèves des classes de l’école, notamment celle des grands de la section maternelle, ont sillonné le quartier à la recherche de détritus.

« On aurait bien aimé qu’ils n’en trouvent pas, mais hélas, il y a encore un gros travail de sensibilisation à faire pour que les habitants prennent davantage soin de leur environnement. Mais nous sommes confiants en l’avenir, nous portons beaucoup d’espoir en nos élèves qui au fil du temps deviennent des écocitoyens exemplaires », déclare une enseignante.

Particulièrement volontaire et dynamique sur toutes les questions liées au respect de l’environnement et le tri-sélectif depuis plusieurs années, le groupe scolaire Jean-de-La-Fontaine a été récemment consacré en recevant le E3D niveau 2.

« Un label de reconnaissance et de prise en considération décerné par le département suite aux différents projets pédagogiques menée par les enseignants sur la sensibilisation au recyclage mené avec les enfants et les parents cette année », explique Alicia Vantourout.

L’établissement scolaire est donc maintenant labellisé par deux fois puisque l’école avait déjà reçu il y 3-4 ans le label Génération 2024, délivré par le Ministère de l’Éducation Nationale, de la Jeunesse et des Sports, et le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation pour leur action en faveur du sport à l’école dans le cadre des Jeux Olympiques.

Tous ces labels sont valorisants pour les élèves, l’école, les enseignants mais aussi pour l’ensemble du quartier. En parallèle, de la collecte de détritus à la Croix-de-Vernailles, les élèves participaient à un atelier de recyclage de papier et à un jeu sur le tri-sélectif.

« L’année prochaine, nous allons travailler sur l’eau, ressource naturelle essentielle à la vie et qu’il faut économiser, en raison du réchauffement climatique et parce que nos ressources en eau douce sont loin d’être illimitées », conclut la directrice.